La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) publie une étude sur les relais d’assistantes maternelles (RAM), qui ont fêté l’an dernier leurs 30 ans d’existence. Créés à l’initiative de la branche famille, les RAM “sont des lieux d’information, de rencontres et d’échanges au service des parents, des assistantes maternelles et des gardes d’enfants à domicile”. L’étude porte sur les données d’activité des 3.164 RAM en service sur l’ensemble du territoire durant l’année 2018.
Un RAM couvre en moyenne 6,8 communes
Les RAM emploient 3.380 équivalents temps plein (ETP) d’animateurs salariés, soit un ETP d’animateur pour 77 assistantes maternelles (260.532 d’entre elles étant actives au mois de décembre 2018), contre 81 en 2017. Ce ratio se rapproche ainsi progressivement de l’objectif d’un ETP d’animateur pour 70 assistantes maternelles, fixé par la convention d’objectifs et de gestion (COG) 2018-2022 de la Cnaf. Il s’agit toutefois d’une moyenne, les taux allant de 15 à plus de 200 assistantes maternelles par ETP, selon les départements. En termes de profils, près de 70% des animateurs sont éducateurs de jeunes enfants, 13% des travailleurs sociaux et 5% des auxiliaires de puériculture.
En termes d’activité, les RAM sont restés ouverts en moyenne 186 jours en 2018, avec à nouveau des écarts importants : 10% des RAM sont ouverts moins de 95 jours par an (essentiellement des RAM itinérants), tandis que 10% le sont plus de 245 jours. En revanche, la grande majorité des RAM proposent des animations collectives le matin (l’après-midi étant consacré à la sieste des enfants). A l’inverse, les après-midis sont consacrés principalement à l’accueil physique (permanences d’informations individuelles destinées aux familles ou aux professionnels). Les après-midis sont également l’occasion de traiter les mails et les appels des parents.
En termes géographiques, un RAM couvre en moyenne 6,8 communes (8,2 pour les RAM itinérants) avec, de façon logique, des différences importantes selon la nature du territoire et le nombre d’habitants (le RAM ne couvre ainsi qu’une seule commune dans 36% des cas). De la même façon, en termes démographiques, un quart des RAM couvrent moins de 210 familles avec enfants de moins de trois ans, la moitié moins de 370 familles (405 pour les RAM itinérants) et un quart plus de 720 familles.
Des acteurs locaux bien identifiés
Les RAM sont aujourd’hui des acteurs bien identifiés de la politique de la petite enfance sur leur territoire. Ils sont ainsi largement associés aux différents travaux menés par les acteurs locaux : 98% d’entre eux participent au réseau départemental des RAM, 97% aux réunions avec la PMI et 60% aux commissions d’attribution des places. En revanche, ils sont nettement moins associés (25%) aux schémas des services départementaux aux familles, lorsqu’il en existe.
En termes d’activité, la quasi-totalité des RAM (97%) remettent la liste des assistantes maternelles agréées, renseignent les familles sur les modes d’accueil du territoire (96%) et recensent les professionnels susceptibles de répondre à des besoins spécifiques : horaires atypiques, accueil en urgence, accueil d’enfants en situation de handicap… (90%).
Les parents viennent principalement au RAM pour obtenir des informations sur les modes d’accueil (38% des entretiens en présentiel ont abordé principalement ce sujet), puis sur le statut professionnel des assistantes maternelles (notamment sur le rôle et les obligations en tant que parent-employeur). Les RAM traitent également en moyenne 152 demandes d’accueil formulées par les familles lors d’un entretien individuel d’information (ce chiffre ne comprenant pas les demandes traitées par téléphone ou par courriel), avec à nouveau de forts écarts, puisque la moitié des RAM ont traité moins de 78 demandes quand 10% en ont traité plus de 334.
Un accompagnement soutenu des assistantes maternelles
Pour leur part, les assistantes maternelles sont venues chercher de l’information sur le fonctionnement du RAM dans près d’un entretien sur trois. Le second motif principal d’entretien concerne des questions sur le statut professionnel (23%), tandis que moins d’un entretien sur dix porte sur des informations relatives à l’exercice du métier. En outre, plus de six RAM sur dix ont mis également en place des groupes de paroles et d’échanges entre assistantes maternelles et les trois quarts des RAM ont organisé des conférences thématiques. Enfin, les RAM peuvent faciliter l’accès à la formation continue des professionnelles de l’accueil individuel (49% des structures), mais aussi proposer aux assistantes maternelles en sous-activité un accompagnement pour améliorer leur employabilité (71%).
Enfin, vis-à-vis des enfants, la quasi-totalité des RAM (98,4%) proposent des ateliers d’éveil, avec une moyenne de 107 ateliers par an (10% proposant plus de 208 séances). Ils programment également des fêtes et événements (95%).